Bienvenue, visiteur ! [ S'enregistrer | ConnexionFlux RSS  | 

Commentaires fermés sur La création de cantines scolaires profite-t-elle à l’agriculture locale au Sénégal ?

La création de cantines scolaires profite-t-elle à l’agriculture locale au Sénégal ?

| Actualités | janvier 27, 2016

Au Sénégal, le programme d’alimentation scolaire mis en œuvre dans 12 régions pilotes aurait pour conséquence une scolarisation massive dans ces régions. L’autre conséquence logique voudrait que ce type de programme constitue un débouché pour les produits agricoles locaux. Mais les travaux de recherche du Consortium pour la recherche économique et sociale (Cres) intitulé Mesure de l’impact du programme d’alimentation scolaire du Pam dans les écoles publiques rurales au Sénégal, semblent ne pas aller dans ce sens.

Sur le premier aspect, ce programme, organisé par la division des cantines scolaires du ministère de l’Education nationale, avec l’appui du Programme alimentaire mondial (PAM), aurait permis d’améliorer significativement la ration alimentaire à midi, d’augmenter la scolarisation des enfants et d’atténuer les effets de l’absence d’un petit déjeuner avant d’aller à l’école. Avec tous les effets positifs qui en découlent : amélioration de la capacité de l’enfant à mémoriser, à apprendre, à raisonner et comprendre, explique Le Soleil dans son édition de lundi. L’objectif visé par les autorités est de couvrir 3 038 écoles élémentaires, préscolaires et quelques « daraas », soit 500 000 bénéficiaires tous les cinq ans. Toutefois, rapporte notre confrère, ce programme est aujourd’hui « confronté à d’énormes difficultés », notamment financières. Une de ces difficultés résulterait en ce que « l’alimentation scolaire est fortement dépendante de l’appui des partenaires et reste onéreuse dans son format actuel. L’essentiel des produits consommés dans les écoles sont importés. Ce qui explique le caractère extraverti de l’alimentation scolaire. » A cet égard, un projet pilote de mise en place de champs communautaires pour les cantines scolaires serait en train d’être lancé dans les régions de Kaolack. Ces champs sont implantés dans 26 villages pour environ 5 000 élèves. D’autres initiatives sont également prises dans la vallée du fleuve, tendant à ravitailler les cantines à partir de produits locaux, selon Le Soleil.

http://www.commodafrica.com

Pas de mots clés